Terre-d’œuvre / Morèje & Vitalia

Intervention artistique de Morèje sur la Zad du Triangle de Gonesse

Photos : © Vitalia

Le lieu

Dimanche 21 février 2021, Vitalia (profil FB ; sur Twitter), une amie artiste qui devait réaliser un collage de photographie sur la ZAD du triangle de Gonesse m’a proposé de l’accompagner et de réaliser éventuellement une intervention artistique sur place.

Des militants sont présents depuis le 7 février sur ce terrain où ont été construites des cabanes de fortune. Ils défendent un projet agricole alternatif et dénoncent l’artificialisation de ces terres fertiles qui doivent accueillir la future gare de la ligne 17 du Grand Paris Express, ainsi qu’une éventuelle zone d’activités dont le projet  semble avoir été abandonné.

Dans une ambiance pacifique propice à la discussion, les initiateurs du mouvement ont présenté les raisons de cette occupation.

Une des participantes, Aline Pires, avait construit avec quelques planches un « Anti-musée » dont l’idée, suivant celle de Marcel Duchamp et du mouvement Dada, était que l’art est dans la vie : un musée inversé, en quelque sorte, où l’art se situe à l’extérieur plutôt qu’à l’intérieur.

Après quelques hésitations, je pris la décision de réaliser une intervention artistique me saisissant à la fois de cet « Anti-musée » et de mes interrogations sur le rapport entre le monde agricole et urbain, sur l’évolution de nos modes de vie et les politiques qui l’accompagnent.

L’objet

Parmi les matériaux, outils et objets que j’avais apportés, j’avais un petit bas-relief en bronze récupéré dans une brocante. A l’époque, son ambiguïté m’avait attiré et troublé : il était porteur tout à la fois d’une poésie et d’un charme désuet évoquant les poncifs stéréotypés d’une paysannerie révolue. L’image pouvait renvoyer symboliquement à une dimension plus humaine et écologique de nos habitudes de production et de consommation. Le hasard fit que j’appris que la figure de la semeuse, accompagné de la devise « Triangle de Gonesse, patrimoine commun », servait d’emblème au collectif. A l’opposé, je ne pouvais aussi m’empêcher de penser à l’imagerie traditionaliste récupérée, instrumentalisée et diffusée à l’époque de Pétain.

© Morèje

L’action

Puisque l’ »Anti-Musée » annonçait que l’art était à l’extérieur, dans la vie, j’ai eu l’idée, au lieu de prendre l’argile que j’avais apportée dans un petit sac, de récupérer à même le sol de la terre glaise rendue plastique par les abondantes pluies des jours précédents et de l’utiliser pour faire l’empreinte du bas-relief.  Terre contre bronze, nature contre industrie, matière réelle contre imagerie, forme / contre-forme, idée / contre-idée, légal / illégal, projet / improvisation, certitude / doute, tout flou permettant le mouvement de la liberté me convenait plutôt. Poser les questions plus qu’imposer des réponses péremptoires n’est-il pas contenu dans la nécessité de l’art ?

DR

Épilogue

Une fois faite, je déposai l’empreinte de terre au pied de l’ »Anti-musée », ne doutant pas que le soleil la ferait sécher, durcir, fissurer et que les pluies annoncées en fin de semaine la ramollirait jusqu’à effondrement et dissolution, rendant finalement l’œuvre à la terre. La trace paradoxale restant de l’image est celle laissée par les photographies de Vitalia et par la haute technologie d’un téléphone portable connecté à la « toile ».

Ce matin, mardi 23 février 2021, j’apprenais que la police avait évacué sans heurts la Zad et si, au journal télévisé du 13h de France 2, le « journaliste » annonça une émission, le soir, sur la paysannerie, en revanche, rien ne fut dit sur l’évacuation et l’arrestation des militants ! Le débat serait-il clos ?

DR

Les roues des bulldozers écraseront probablement les petits « moissonneurs » de terre, mais je ne perds pas espoir que leur fragile empreinte reste vive en nos mémoires…

Jérôme Gulon / Morèje

P. S. : Le 5 janvier 2019, à Paris, l’artiste-photographe Vitalia a publié sur Twitter des photos de son visage blessé à la joue et le compte rendu de son examen médical. Elle dit avoir été victime d’un tir de lanceur de balle de défense au visage. L’examen médical a révélé les lésions suivantes : foyers de fracture du sinus maxillaire droit ; fracture zygomatique droite ; fracture osseuse non déplacée du plancher orbitaire.

P. P. S. : L’actualité de la Zad de Gonesse par l’excellent site d’information REPORTERRE.

Publié par bildoj

Bildoj, « images », en espéranto. Nominatif pluriel de bildo, image. images * imaginal Conception : Antoine Peillon Courrier : contact[at]bildoj.org

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :